Trois enquêtes de "M", extrait 1

Faute d’évoquer des tâches en suspens, j’aurais dû au moins penser à ma femme. Mais bien vite, c’est l’image de Bimbo qui s’imposa. Ma femme était brave, travailleuse, du moins c’est ce que j’imaginais à l’époque. Je lui avais pardonné son écart et j’aurais dû l’aimer. Elle m’avait quitté un moment pour un bricoleur. Mais, je pensais sans cesse à Bimbo. Cette personne était un sujet d’enquête. Je n’aurais pas dû éprouver à son égard d’autres pensées que celles liées à mon travail d’investigation. D’ailleurs, cette pauvre fille avait des amants et une vie compliquée. Elle désorganisait néanmoins mon esprit. Cette femme était dangereuse. En plus, elle était artiste. Dans le service, nous n’aimons pas trop les artistes.
pour plus d'infos sur le livre de Claude-François Robert cliquez ici



prix de vente du livre Fr. 18.-
200 pages, couverture souple, format A5

le livre est disponible à la Librairie du Boulevard à Genève, à La Méridienne et Payot à La Chaux-de-Fonds et à la Fnac de Neuchât…

Eaux vives 7




Soàd me laisse en paix sans que je le lui demande. Lorsque je la rejoins, elle est à moi et je suis pour elle. Là réside l'essentiel. L'un et l'autre, nous nous sommes toujours référés à un pacte inexistant. Nous n'avons pas désiré donner plus de mots pour exprimer notre accord. Pourquoi tout se dire d’ailleurs ? A ce jour, je pense ne lui avoir jamais menti. Ce doit être pareil de son côté. Si elle me pose une question, je réponds. Il m'est arrivé d’avouer les plaisirs sans lendemain. Elle sait que les rencontres ne se racontent pas. Mais, si elle m'interroge sur ce que j'ai pu ressentir, j'essaie de lui dire. Quant à moi, je ne veux pas souffrir et j'évite d’aborder l’envers de sa vie. Je sais qu’elle revoit le père de son enfant. Qu’importe !


la suite 


retour à la page principale http://editionssauvages.blogspot.ch/

Commentaires